Lettres et littérature américaines

Le blog nature writing

Archives de Tag: États-Unis

John Hector Saint John de Crèvecoeur

De Crèvecoeur (1735-1813) nait en France et émigre aux Amériques en 1759 durant la dernière guerre entre la France et l’Inde. Il obtient la naturalisation en 1765. Il parcourt pendant plusieurs années la Pennsylvanie et New York (l’état) avant de s’installer avec sa femme dans le comté d’Orange, New York. Pendant la révolution française, il retourne en France en 1780 étant un loyaliste. Trois ans plus tard il retourne aux Etats-Unis pour découvrir que sa femme est morte, sa maison brûlée, et que ses enfants ont disparu après une attaque d’Indiens. Il retrouve plus tard ses enfants et s’installent à New York où il œuvre pour la bonne entente entre la France et les Etats-Unis au consulat. En 1790 il retourne en France où il passe il s’installe définitivement.

Outre Letters from an American Farmer, il publie aussi des récits de voyages sur ses premières années sur le nouveau continent (Voyage dans la haute Pennsylvanie et dans l’état de New York) et des essais sur la vie américaine dans Sketches of Eighteenth Century America.

Publicités

Un pays de peu de pluie

The Land of Little Rain (1903), encore non traduit en France, écrit par Mary Hunter Austin est un court livre composé de 14 sections qui traite du désert montagneux du Nouveau-Mexique. Ce n’est donc pas un livre avec une histoire (pas à proprement parler), ou avec une intrigue mais plutôt une série de photographie d’un territoire où la vie se cache sous le soleil de plomb, où les plantes plongent leurs racines au plus profond pour puiser le peu d’eau qu’il puisse y avoir, où leurs parties supérieures s’arment de piques et de poils pour garder au mieux l’humidité. Un pays où les précipitations sont rares mais où la vie ne manque pas à en croire l’auteur. Lire la suite

Confessions of a Barbarian

Je tiens à commenter délibérément un livre moins connu que Desert Solitaire ou The Monkey-Wrench Gang d’Edward Abbey. Ce sera pour plus tard. Comme le titre de cet article l’indique, je vous parlerai de Confessions of a Barbarian. Tout d’abord, ce livre n’en est pas un, pas à proprement parler. Il s’agit plutôt d’une compilation de ses journaux intimes qu’il a tenu de 1946 à quelques jours avant sa mort le 14 mars 1989. Le résultat de son journal intime est forcément massif : une série de vingt carnets. Lire la suite

Annie Dillard

Annie Dillard est née en 1945 à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Elle est élevée dans une famille presbytérienne et quitte l’église à l’âge de 16 ans à propos du passage de Job dans la Bible. A l’université, elle suit des cours d’écriture (creative writing) et de théologie. Elle marie son professeur d’écriture R. H. W. Dillard et garde son nom même après leur divorce en 1975.

Elle passe un master en littérature américaine en 1967, sur Walden de Thoreau — et plus précisément sur le chapitre « The Ponds » ou « Les étangs » en français.

En 1971, elle manque de mourir de pneumonie et comprend soudain que la vie peut s’arrêter à chaque instant. Elle décide de profiter pleinement de cette nouvelle chance et se lance dans quelque chose de grand et la dépassant. Elle passe l’année 1973 à vivre au bord d’une crique en Virginie où elle écrit un journal intime qui donnera plus tard Pilgrim at Tinker Creek (Pélerinage à Tinker Creek en français), des poèmes publiés dans Tickets For a Prayer Wheel. Avec Pilgrim at Tinker Creek elle remporte le prix Pulitzer pour la non-fiction, elle a 29 ans.

Elle poursuit une vie d’écrivain et publie de façon régulière : Holy the Firm en 1977, Teaching a Stone to Talk (Apprendre à parler à une pierre) en 1982, An American Childhood (Une enfance américaine) en 1984, The Writing Life (En vivant, en écrivant) en 1989, The Living (Les vivants) en 1992 et plus récemment, The Maytrees (L’amour des Maytree) en 2007, pour ses principaux livres.