Lettres et littérature américaines

Le blog nature writing

Archives de Tag: Rick Bass

John Haines, ce solitaire du grand nord

Voici un autre livre des éditions Gallmeister, et je les remercie chaudement pour cette lecture qui s’est révélée exaltante et rafraîchissante, c’est le moins que l’on puisse dire ! John Haines a écrit en 1989 Vingt-cinq ans de solitude (traduit par Camille Fort) ou The Stars, the Snow, the Fire en anglais, relatant son expérience dans l’Alaska depuis son arrivée en 1947. Il s’agit d’une œuvre de non-fiction qui se passe au cœur de cette région septentrionale, près de Richardson. L’auteur dresse une succession de tableaux sur sa vie en solitaire dans les bois et montagnes de l’Alaska, où il vit de chasse, pêche, de son potager et de quelques conserves. Comme dans la plupart des livres de Lire la suite

Tout n’est pas que Nature

Tout d’abord, je tiens à remercier Marlène des éditions Albin Michel pour m’avoir fait parvenir ce livre qui bien que n’appartenant pas au genre nature writing demeure une agréable lecture. La quatrième de couverture laissait pourtant envisager un roman proche de ce genre littéraire : « Habité par la présence entêtante des paysages du Montana dont Kevin Canty a fait son territoire littéraire, … » Comme quoi, on ne comprend que ce que l’on veut bien comprendre ! Il faudra donc lire les autres livres de l’auteur pour en avoir une meilleure idée. Après avoir présenté Toutes les choses  de la vie, je m’attacherai à mettre le doigt sur ce qui fait un livre de nature writing.

Lire la suite

Walden, ou comment (ne pas) résumer l’inrésumable.

Cela faisait de longs mois que je voulais m’atteler à cet ouvrage massif, non par le nombre de pages, mais par ce qu’il implique par sa densité et par son impact sur la littérature américaine et en particulier sur le nature-writing. Walden, or Life in the Woods (1854) est un incontournable du genre. Lire la suite

Red de Terry Tempest Williams

Cela fait longtemps que je n’ai pas posté de présentation mais ces dernières semaines — mois ? — étaient pour le moins chargées. Mes lectures ont pris un peu de retard mais tout espoir n’est pas perdu ! Car voici une très brève présentation d’un ouvrage sublime : Red, Passion and Patience in the Desert (2001) de Terry Tempest Williams. J’avais déjà présenté Refuge (1991) un autre livre qui m’a profondément touché. Red est un peu différent, il traite toujours du désert et des canyons de l’Utah et de la région mais différemment. En effet, l’auteur dresse plutôt une série de tableaux sur le désert et la vie dans le désert. C’est un livre qui se veut aussi un témoignage en faveur de la protection de  cet espace et elle me fait penser un peu à Rick Bass dans l’introduction (et Lire la suite

L’histoire de l’histoire de Rodney

Alors que je relisais « The History of Rodney » de Rick Bass, une nouvelle de In the Loyal Mountains (1995), je n’ai pu m’empêcher de noter la singulière complexité de la narration, la façon dont l’auteur a su imbriquer plusieurs temps et niveaux de narration. Ce que je vais vous proposer aujourd’hui est une approche narratologique de cette nouvelle. Comme certains points seront assez techniques, je mettrai une définition de certains termes. Lire la suite

Le paradis de certains peut être l’enfer des autres.

Voici une autre nouvelle de Rick Bass, Days of Heaven (Des journées paradisiaques) tirée du recueil In the Loyal Mountains (1996). L’histoire se passe dans la vallée du Yaak, le narrateur (dont on ne connait pas le nom) vit à l’année dans une maison qu’il doit entretenir quand le propriétaire n’est pas là. Il coule des jours heureux dans les bois, suivant tranquillement le rythme des saisons et s’assurant que la plomberie ne gèle pas les jours de grand froid. Or, un changement de propriétaire arrive. Lire la suite

Danse avec le monde

Petite pause dans la série consacrée à Nature qui reprendra dès la semaine prochaine. Aujourd’hui, je vous présente un autre livre d’Annie Dillard (j’avais ouvert ce blog avec son merveilleux Pilgrim at Tinker Creek) : Teaching a Stone to Talk (1982) ou en français : Apprendre à parler à une pierre. Ce livre est un recueil de rencontres et de voyages, d’histoires, de perceptions et d’impressions d’un monde qui tournoie à 68,400 Lire la suite

Un premier élan

Je vais vous présenter une nouvelle de Rick Bass tirée de The Lives f Rocks (2009) traduit en français sous le titre La vie des roches (je crois). Cette nouvelle, Her First Elk ou Son premier élan raconte la première partie de chasse de Jyl. Elle est inexpérimentée, mal équipée et surtout n’est pas une chasseuse (pas encore). Elle part tôt un matin et au bout d’une heure trouve un troupeau d’élans, elle s’approche, tir et blesse mortellement l’un des plus gros d’entre eux. L’animal s’enfuit, le troupeau le suit. Elle part à sa poursuite, suivant les traces de sang laissées ici et là, elle finit par retrouver sa proie morte, dans la forêt. Cependant, l’animal n’est pas seul, deux personnes attendent la chasseuse car elle se trouvait sur une propriété privée. Confuse, elle explique comment elle est arrivée là. Lire la suite

L’endroit, c’est subjectif !

Cet essai reprend un peu ce qui a été dit dans les différentes présentations, et permet à la fois d’introduire la dernière catégorie de ce blog consacré à l’écriture de la nature et de soulever un certain nombre de questions et interrogations. Je tiens néanmoins à préciser que ceci n’a rien d’académique et je ne tiens pas à ce que ça le devienne. Pour moi, la littérature et l’écriture doivent avant tout rester un plaisir et un loisir – mais ceci n’empêche pas qu’on puisse le faire sérieusement ! Lire la suite

Rick Bass

Rick Bass est un écrivain né en 1958 au Texas. Il vit maintenant dans le Montana, à la frontière avec le Canada, dans la vallée du Yaak, avec sa femme Elizabeth Hughes qui réalise les illustrations et dessins de ses livres. Comme il le définit lui même dans « Fiber » (In the Loyal Mountains, 1995) il passe d’une vie à une autre. En effet, avant de se lancer dans l’écriture de nouvelles, il était géologue pour une compagnie pétrolière.

Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980 qu’il arrive dans cette petite vallée du Montana, dans les montagnes. La plupart de ses histoires se passent dans cet endroit un peu reculé et traitent de la relation entre les habitants et leur vallée, à la flore et à la faune locale. Au milieu des années 1990, il commence à écrire aussi pour protéger puis préserver ses montagnes, en dénonçant les mal-façons des industries forestières et leurs rapports avec les politiques. Il met aussi en avant la biodiversité locale et l’importance que revêt ce dernier espace sauvage.

S’il écrit essentiellement des nouvelles, il a aussi deux ouvrages plus « scientifiques. » Un sur la réintroduction des loups à la fin des années 1980 : The Ninemile Wolves (1992) et un autre sur les grizzlys : The Lost Grizzlies (1997). A noter aussi le journal intime de sa première année dans cette vallée : Winter, Notes from Montana (1991) qui retrace son intégration dans une nature dure et qui ne tolère pas le compromis, et dans une communauté repliée sur elle-même durant les longs mois d’hiver.

Auteur prolifique et fascinant, il arrive à associer questions environnementales, fiction et légèreté de l’écriture.