Lettres et littérature américaines

Le blog nature writing

Red de Terry Tempest Williams

Cela fait longtemps que je n’ai pas posté de présentation mais ces dernières semaines — mois ? — étaient pour le moins chargées. Mes lectures ont pris un peu de retard mais tout espoir n’est pas perdu ! Car voici une très brève présentation d’un ouvrage sublime : Red, Passion and Patience in the Desert (2001) de Terry Tempest Williams. J’avais déjà présenté Refuge (1991) un autre livre qui m’a profondément touché. Red est un peu différent, il traite toujours du désert et des canyons de l’Utah et de la région mais différemment. En effet, l’auteur dresse plutôt une série de tableaux sur le désert et la vie dans le désert. C’est un livre qui se veut aussi un témoignage en faveur de la protection de  cet espace et elle me fait penser un peu à Rick Bass dans l’introduction (et on en restera là pour la comparaison) :

For me, the answer has always been through story. Story bypasses rhetoric and pierces the heart. Story offers a wash of images and emotions that returns us to our highest and deepest selves, where we remember what it means to be human, living in place with our neighbors.

Pour moi, la réponse a toujours été apportée par l’histoire. L’histoire dépasse la rhétorique pour aller droit au cœur. L’histoire permet un flot d’images et d’émotions qui nous ramène à ce qui est de plus pur et profond en nous, là où nous nous souvenons ce que signifie être humain, vivre dans un endroit avec ses voisins.

Dans cette courte citation, nous retrouvons tous les éléments qui seront développés à travers Red : l’image — et la littérature porteuse d’images –, les émotions — l’amour du chez soi, la peur de le perdre, la compassion portée par les histoires — et bien entendu : la relation entre l’homme et son habitat.

Le livre se divise en plusieurs parties : Home Work (qui est une forme d’introduction à cet ouvrage), Coyote’s Canyon, Red, Desert Quartet, Wild Mercy et enfin les appendices.

Chacune de ces parties renferme un secret sur les histoires du désert, de la relation entre Terry T. Williams et le Colorado, les pétroglyphes, les oiseaux, les lacs salés, etc.

En somme, c’est un ouvrage sublime qui donne profondément envie d’aller aux USA et surtout de voir ce désert. A lire absolument.

Publicités

2 réponses à “Red de Terry Tempest Williams

  1. keisha 07/22/2012 à 16:49

    Je viens juste de lire Refuge (et en VO) et là ce serait une autre façon de connaître l’auteur. Une totale inconnue, pour moi, jusqu’ici. Rick Bass, j’aime, mais pas à 100%

    • lavieen4d 07/22/2012 à 17:11

      Oui Refuge a été une sacrée révélation pour moi aussi.
      Rick Bass demeure l’un de mes auteurs favoris. Il a une justesse de l’écriture et une sorte de détachement de son objet de contemplation qui force le respect.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :