Lettres et littérature américaines

Le blog nature writing

The Hetch Hetchy Valley

Il s’agit d’un essai clé dans la compréhension de la création des grands mouvements écologistes américains qui est publié d’abord en 1911 puis dans le recueil The Yosemite en 1914.

La vallée de Hetch Hetchy se trouvait dans le Yosémite et était célébrée par John Muir comme « a grand landscape garden, one of Nature’s rarest and most precious mountain temples » (un grand paysage jardinier, l’un des plus précieux et rares temples de la Nature). Or cette vallée est menacée. En effet, après le tremblement de terre de San Francisco de 1906, les autorités décident de construire un barrage hydraulique à l’écart de la ville pour l’alimenter en eau et électricité même en cas de catastrophe naturelle. Plusieurs sites sont retenus, dont le Hetch Hetchy. John Muir qui s’est battu pendant plus de trente ans pour la protection des espaces sauvages des Etats-Unis fulmine. Pour lui, il ne s’agit pas uniquement d’un saccage d’une merveille de la nature, il s’agit aussi d’un blasphème. Avec l’appuie de son association, la Sierra Club Association créée en 1894, il milite pour que le barrage soit construit sur un autre site. Le débat prend une ampleur nationale et c’est finalement le Congrès américain qui tranche la question en 1913 avec le Racker Act : le Hecth Hetchy deviendra le nouveau réservoir en eau de San Francisco.

Les éléments de langage et toute la rhétorique utilisée par John Muir va cristalliser tout le discours écologiste pour plusieurs décennies. Il ne se contente pas de diaboliser le projet de construction, il montre aussi en quoi il va à l’encontre du bon sens et de la loi, il joue aussi sur des questions d’éthique et de morale.

Et effectivement, il reprend les arguments avancés par l’opposition et les déconstruit pour rétablir une autre vérité, la sienne : le Hetch Hetchy faisant partie du parc national du Yosémite, la construction du barrage devenait donc hors-la-loi. Il montre aussi en quoi la construction de ce barrage est à vocation purement commerciale, et déplace alors l’argumentation sur un autre registre : il s’agit avant tout d’une question de morale, entre ce qui est bien et ce qui ne l’est pas, dressant un parallèle avec les marchands du Temple de Jérusalem. Qui plus est, les références à la Bible, les comparaisons de la vallée à une cathédrale et à un lieu sacré ne manquent pas.

Un texte important donc, car jusqu’à la seconde guerre mondiale, les autres ouvrages écrits pour la défense de la nature vont suivre cette formule : jouer sur des questions d’éthique et de morale. Ce n’est qu’après la guerre que le discours scientifique va prendre le dessus comme chez Rachel Carson.

John Muir va aussi définir la préservation par rapport à la conservation en matière de politique écologiste. La préservation se veut avant tout un mouvement pour le maintien tel quel de la nature et ne la conçoit pas en des termes économiques mais comme une valeur esthétique. La conservation se veut être une utilisation raisonnée et respectueuse de la nature et de ses ressources pour « le bien du plus grand nombre, pour le plus grand nombre d’années. » La préservation est l’apanage de John Muir qui dit : « the making of gardens and parks goes on with civilization all over the world » (la création de jardins et de parcs va de pair avec la civilisation partout dans le monde) qui n’est pas sans rappeler les mots de Thoreau : « in wildness is the preservation of the world » (la préservation du monde se trouve dans la nature sauvage).

Publicités

2 réponses à “The Hetch Hetchy Valley

  1. Pingback: Kitkitdizze, un monde à part (?) « Lettres américaines

  2. Pingback: Pour un esprit d’indépendance. | Lettres et littérature américaines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :